Bienvenue sur le site de la FREDON du Languedoc-Roussillon





Actualités


La Sharka ou Plum Pox Virus (PPV) est une maladie virale qui touche les espèces de fruits à noyau du genre Prunus, comme les pêchers, les nectariniers, les pruniers, les abricotiers, les amandiers et certaines variétés ornementales. Ce virus ne présente aucun danger pour les hommes et les animaux. Depuis plusieurs années, la région Languedoc-Roussillon est concernée par des mesures de lutte obligatoire et collective contre la Sharka (Virose des arbres fruitiers à noyau). La présence de la Sharka est avérée dans la région. Dans le Gard, les Pyrénées-Orientales, l’Aude, des mesures importantes sont mises en œuvre par les producteurs et les Fédérations de Défense contre les Organismes Nuisibles afin de limiter l’extension et l’impact de cette maladie.
La prospection a commencé et se poursuit tout au long de la saison afin de détecter les symptômes de la maladie sur fleur, feuille et fruit. Les équipes des fédérations vont assurer la surveillance des Prunus en Languedoc-Roussillon. Pour plus d’informations sur la Sharka voir la fiche descriptive.
Publié le 2 mars 2016


Les premiers Symptômes de l'ECA
L’Enroulement Chlorotique de l’Abricotier


L'Enroulement Chlorotique de l'Abricotier est une maladie de dépérissement causée par un phytoplasme.
Celui-ci est propagé par un insecte vecteur, le psylle Cacopsylla pruni, et transmissible par greffe.
L'ECA se caractérise par une feuillaison précoce en hiver et par une baisse significative de la production.
Les symptômes d'ECA sont principalement visibles sur les abricotiers et les pruniers japonais mais plusieurs espèces de Prunus cultivés ou spontanés (pêchers, amandiers, pruniers, prunelliers, myrobolans…) sont aussi concernées par cette maladie à phytoplasme. Suite de la note d'information.

Publié le 2 Mars 2016



Carte interactive des communes engagées dans la Charte Régionale


Publié le 04 decembre 2015


Source :www.eppo.org
Extrait de la note nationale Xylella fastidiosa


Xylella fastidiosa est un organisme nuisible de quarantaine sur le territoire de l’Union européenne, figurant sur la liste des organismes nuisibles visés respectivement par l’arrêté du 24 mai 2006 modifié et l’arrêté du 31 juillet 2000 modifié. A ce titre son introduction et sa dissémination sont interdits et la lutte contre cet organisme est obligatoire en tout temps et tout lieu sur l’ensemble du territoire français.

Xylella fastidiosa est une bactérie nuisible sur de nombreux végétaux, connue comme agent de la maladie de Pierce qui a fortement touché les vignobles californiens dans les années 1990 et de la chlorose variégée des Citrus au Brésil à la fin des années 1980. Les dépérissements provoqués par la maladie peuvent avoir de graves répercussions économiques. Cette maladie est fortement épidémique et transmissible par de nombreux vecteurs.

Tout symptôme ou suspicion de symptôme rattaché à cette bactérie sur les différentes espèces cibles est à signaler immédiatement aux Services régionaux en charge de la protection des végétaux à la DRAAF Languedoc-Roussillon ou à la FREDON Languedoc-Roussillon.

Les détenteurs de végétaux originaires de la région italienne des Pouilles, où ont été découverts les deux foyers de Xylella fastidiosa, sont invités à faire preuve d’une vigilance particulière...(suite de la note)




Publié le 04 septembre 2015




La processionnaire du pin




La chenille processionnaire du pin : Thaumetopoea pityocampa, est la larve d'un papillon de nuit.

Cet insecte est connu pour la migration de ses chenilles en file indienne. Elles se nourrissent des aiguilles de diverses espèces de pins mais aussi de cèdres et plus rarement d’autres conifères.

Elles peuvent provoquer un affaiblissement des arbres en cas de forte attaque ou sur des jeunes sujets...Suite de l'article


Publié le 02 Juillet 2015


Presse : La Flavescence dorée


Extrait d'un article de Viti, supplément phyto de Février 2015 :

" Tout le département de l'Hérault est en périmètre de lutte obligatoire, ce qui implique donc les trois traitements insecticides contre la cicadelle vectrice..."
"Actuellement en cas de doute entre le bois noir et la flavescence dorée, il faut arracher les ceps contaminés car les deux maladies sont sous le coup du même arrêté prefectoral dans l'Hérault..."
"...l'an dernier une vingtaine de pieds atteints ont été detectés dans une parcelles, cette année, ce sont 1200 pieds qui ont été touchés par la flavescence dorée..."



Publié le 27 fevrier 2015




Evolution des foyers de Charançon rouge entre 2009 et 2014

Obtenir Adobe Flash Player


Pour plus d'information, notamment la carte des zones d'infestation, les méthodes de détection du charançon rouge et de protection des palmiers, les formulaires de déclaration obligatoire de foyers et d'un chantier d'assainissement, veuillez consulter le site de la DRAAF Languedoc-Roussillon

Obtenir Adobe Flash Player

Toute détection de palmier malade doit donner lieu à déclaration auprès de la marie ou de la fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles du Languedoc-Roussillon FREDON LR .

La déclaration de ces foyers est une obligation légale indispensable à la réalisation rapide des opérations d'assainissement permettant de maîtriser la prolifération de ce ravageur.

Il est rappelé, qu'en raison des risques de dissémination lors du traitement ou de l'abattage des palmiers contaminés, les interventions sur ces arbres doivent faire l'objet de protocoles d'assainissements précis, réalisés uniquement par des entreprises professionnelles agréées à cet effet, et de précautions particulières pour la destruction des parties végétales contaminées.

Déclaration du palmier
  • Nom du déclarant
  • Nom du propriétaire
  • Adresse du site où le palmier malade est localisé (N°, Rue, commune, département) et toutes autres informations facilitant sa localisation.

Attention au risque de confusion Ne pas confondre Charançon rouge (CRP) et Paysandisia archon. Le premier est règlementé, le second non (et non soumis à déclaration car présent sur tout le territoire régional) Cependant les symptômes sont ressemblants.

Identifier le palmier Le Charançon rouge s’attaque en priorité aux Phoenix (palmier ayant une « forme d’ananas»)
  • feuilles en forme de plume Phoenix
  • feuilles en forme d’éventail
    • Si grand et écailleux Washingtonia: risque de Charançon rouge
    • si petit et fibreux Trachycarpus plus de risque de Paysandisia
    • si petit et écailleux Chamaerops plus de risque de Paysandisia

Sur Phoenix les deux ravageurs occasionnent des dégâts:
  • Charançon rouge : palmes centrales de la couronne sont de tailles réduites, ou absentes ou sèches ou effondrées. Le palmier mort présente TOUTES ses palmes effondrées le long du stipe (forme de parapluie fermé)
  • Paysandisia : palmes de la périphérie sèches, les palmes du centre sont saines. Le palmier mort présente les palmes de la périphérie effondrées et il subsiste un toupet de palmes sèches au sommet au centre de la couronne (coupe à la Titeuf)
Pour plus d'information, notamment la carte des zones d'infestation, les méthodes de détection du charançon rouge et de protection des palmiers, les formulaires de déclaration obligatoire de foyers et d'un chantier d'assainissement, veuillez consulter le site de la DRAAF Languedoc-Roussillon



Publié le 12 janvier 2015




Un nouvel outil de communication vers le zéro pesticide en Languedoc-Roussillon


La FREDON Languedoc-Roussillon a édité, dans la cadre de son animation régionale sur la réduction de l'usage des pesticides en Zones Non agricoles, un mini guide à destination des communes participant aux concours départementaux des Villes et Villages Fleuris.
Ce travail a été financé dans la cadre de la communication régionale du Plan Ecophyto - ONEMA.
A travers des pages techniques et dans une mise en page ludique, ce livret intitulé "Zéro Pesticide & Villes et Villages Fleuris - Petit guide technique pour gérer durablement nos communes" vise à fournir aux communes des outils simples et des astuces pour amorcer une réflexion sur l'abandon progressif de l'usage des produits phytosanitaires.



Publié le 12 janvier 2015